jeudi 15 avril 2021

 


 

Chance et relance



Ernest Barreau

        

Les déclarations et décisions lors de la visite du président Macron à Nantes le 9 février 2021, m'ont suggéré les réflexions suivantes.

    A l'ère de la révolution techno-numérique pouvant être synonyme de prospérité pour tous, comment concilier deux systèmes économiques antagoniques ?

 D'un côté des robots toujours plus nombreux et performants renvoyant at home des masses de travailleurs (euses) devenues inutiles pour cause de non-rentabilité.

 De l’autre, le démantèlement des services publics, en premier lieu celui de la santé-sécurité sociale.

Alors que   le chômage croît en même temps que la productivité, tandis que la production augmente, des millions de personnes vont  quêter à Pôle-emploi …un emploi introuvable tout en sollicitant auprès d’organismes caritatifs les moyens de vivre ou de survivre ?

Ces millions de personnes sont déclarées pudiquement/hypocritement, économiquement faibles. Economiquement faibles pour cause de sous-consommation dans un contexte de surproduction !

 Surproduction détruite et payée par le contribuable, alors que les biens indispensables et socialement utiles à tout un chacun, ne sont pas produits pour cause de non-rentabilité !

En réalité, la solution est simple ...trop simple !

Il appartient de créer dans l’espace public, une monnaie de consommation, monnaie étant détruite dès le que le bien est consommé tel un ticket de métro, un timbre-poste... C’est la mise en œuvre du concept de consomptibilité

Des milliards sont créés ex-nihilo par les banquiers, ces marchands de chiffres. Chaque emprunt entraînant de nouveaux emprunts, chaque dette grossissant avec le temps, tout cela constitue une réaction en chaîne d’opérations anti sociales dont l'annulation ne nuirait à personne. Bien au contraire. Rappelons que l'annulation de la dette n'empêchera pas la Terre de poursuivre sa trajectoire autour du soleil, et que de toute façon, la nature aura toujours le dernier mot !

Plus de vols ni de crimes pour se procurer cette monnaie non-marchande créée ex nihilo et par conséquent totalement gratuite.

Ce serait la fin de la croissance qui détruit les écosystèmes !

Einstein aimait à dire qu’on ne peut solutionner un problème en conservant les éléments l'ayant engendré ! N'est-ce pas un avertissement sérieux pour changer de cap économique à 180 ° avant d’en arriver à un point de non-retour ?

  Chance sans précédent, cette révolution non-violente serait en osmose avec la révolution techno-numérique. L’humanité s'acheminerait alors vers une un monde respectueux de l’environnement et de ses enfants.

Dans le cas d'une relance d'un système économique périmé et condamné par les faits, qui pourra dire à ses enfants, petits-enfants : je ne savais pas ?

Quant à la crise sanitaire frappant le monde, la cause est la même que la déforestation de la forêt amazonienne, la pollution et le changement climatique.

« Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille », (extrait de l’article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme). 

Dans cet esprit, nous proposons l’égalité des revenus dans le respect de l’environnement. Revenus, non plus aligné sur un travail qui ne cesse de diminuer avec le progrès technologique, mais sur les ressources naturelles offertes par la planète Terre.

     Ernest Barreau, citoyen de la France d'en bas (dixit Raffarin) humaniste et républicain