lundi 29 juillet 2013

Perruques enfarinées, paysans affamés

Perruques enfarinées, paysans affamés


"Il faut de la poudre à nos perruques; 
voilà pourquoi tant de pauvres n'ont point de pain."
Jean-Jacques Rousseau,
Discours sur les sciences et les arts

   Au XVIIIème siècle, nobles et bourgeois prennent l'habitude de blanchir les perruques avec de la farine de blé.
     Dans un salon spécialement aménagé, on  utilisait des robes de chambre  et on plaçait un cône de papier épais sur le visage. Les tonnes de farine ainsi utilisées pour le luxe, réduisent d'autant plus la consommation en pain, principal aliment des paysans de l'époque. 
    Rousseau s'en émeut, d'où cette phrase citée en exergue. En 1782, Sébastien Lemercier estime qu'au moins "dix mille infortunés" auraient pu être nourris tous les jours avec toutes ces quantités de farine.
   En France, la comtesse de Matignon payait à son coiffeur Baulard 24.000 livres par an pour lui faire un nouveau dessin de perruque chaque jour de la semaine.



Malgré les famines on continua de saupoudrer
les perruques de farine

                                                                                                            


Aucun commentaire: